Lire la critique de La Plateforme, Si vous cherchez un petit film sympa qui dope le morale en cette période de confinement (critique écrite en Mars de l'an 2020 pour ceux qui la liront après l'apocalypse) je vous (dé)conseille vivement La plateforme (El Hoyo) un petit film espagnol de Galder Gaztellu-Urrutia dont l'arrivée sur Netflix s'inscrit étrangement dans l'air suspendu du temps... Un mélange entre The Experiment et Snowpiercer, mais qui risque d'être beaucoup moins impactant que chacun de ces films. Le film est déroutant. La mauvaise habitude Netflix. 17 abonnés Êtes-vous de ceux qui pensent trop quand ils sont en haut ? 6 abonnés et le message de quoi ? Virginie Efira, Albert Dupontel, Nicolas Marié, Avec La plateforme vidéo YouTube, filiale de Google, vient d'annoncer une nouvelle réforme pour la monétisation de ses contenus - qui durcit celle initiée en avril dernier. Sauf que ici la roue tourne. Lire ses 1 420 critiques, Suivre son activité Lire ses 506 critiques, Suivre son activité Ne serait-ce pas un peu ce que nous vivons actuellement avec les rayons vides des magasins ? Qui sommes-nous | EdX a été fondée par le Massachusetts Institute of Technology et par l'université Harvard en mai 2012. Revue de presse | Lire la critique de La Plateforme, Mon premier souci, avec Le Plateforme, c'est que je savais exactement à quoi m'attendre. 649 abonnés Film déroutant, malsain, sombre et sans pitié, La Plateforme retourne l'estomac, perturbe psychologiquement avec sa critique au vitriol de la nature humaine et des dérives de notre société. Puis vient la fin, trop courte de quelques minutes ou seconde, qui nous aurait montré éventuellement la petite fille arriver en haut et la réaction des cuisiniers... Je comprends les références bibliques du Méssie, du nombre 333, de la lutte des classes, mais le film en montre trop ou pas assez pour prétendre à être un trés bon film. Avec Ivan Massagué, Zorion Eguileor et Antonia San Juan. Un film incroyable. Le message véhiculé, en revanche, est très d'actualité. La Plateforme retrouve cette même trivialité, délaissant ainsi l’animation, et parvient à faire passer clairement son propos sur le partage. 9 abonnés La plateforme : Le réalisateur analyse le message politique et social de son film "Ce n'est pas, comme l'affirment certains, une critique sociale, c'est une auto-critique sociale." et pourquoi il descend ? 4 décembre 2020 4 décembre 2020. La Plateforme, film espagnol de Galder Gaztelu-Urrutia (El Hoyo, 1h34). Vraiment foncer voir ce film . Bien réalisé dans des décors sobres et minimalistes mais terriblement efficaces avec de bonnes scènes de tensions. pourquoi 333 niveaux ? n'importe quoi ! Le film n'est pas à montrer à tous le monde, des scènes peuvent être chocantes pour certains. Alberto Testone, Jakob Diehl, Francesco Gaudiello, Par les membres ayant fait le plus de critiques. Quand un film n'a aucun sens, je ne comprends pas comment il peut être apprécié par quelqu'un... en plus celui-là, il n'y a pas du tout de fin, mais alors pas du tout. Avec son système vertical, La Plateforme n’est évidemment pas subtil. En pleine période de confinement, La Plateforme répond d'ailleurs (hasard du calendrier) parfaitement à l'actualité provoquant une sensation d'étouffement, de malaise, d'inconfort évident et finalement de paranoïa à l'image de l'oeuvre culte de Vincenzo Natali : Cube. Métaphore de la structure sociale ramenée à un lieu, ici une fosse. le film est pas mal et on attend avec impatience la fin histoire de comprendre et bah non, la fin est merdique et on ne comprend rien ! Mais j'y reviendrais tout à l'heure car parlons tout d'abord de l'œuvre dans son ensemble et surtout de son concept original et ô combien génial. Ne serait-ce pas un peu ce que nous vivons actuellement avec les rayons vides des magasins ? Lire ses 246 critiques, de Andrey Konchalovsky, Avec Impossible de ne pas penser à « Cube » à la vision de « La Plateforme ». La Plateforme de Galder Gaztelu-Urrutia : critique Publié par Joanna Wadel le 24 mars 2020 Synopsis : Dans une prison-tour, une dalle transportant de la nourriture descend d’étage en étage, un système qui favorise les premiers servis et affame les derniers. Anxiogène à souhait, le film es vite prenant pour peu que vous aimez ce genre, le film interroge beaucoup et délivre peu de réponse jusqu'à sa fin, ou chacun aura sûrement un avis à la manière de Cube. Lire ses 55 critiques, Suivre son activité 148 abonnés Le pitch de départ est simple mais redoutable. Publicité | Le principe de base est prometteur mais on tombe dans une critique sociale 1er degré avec des personnages vides et une vulgarité non nécessaire. Nan mais vraiment n'importe quoi. La Plateforme (El hoyo) est un film espagnol réalisé par Galder Gaztelu-Urrutia, sorti en 2019 Synopsis. Trivialité veut donc aussi dire absence de subtilité et ce film ne brille pas pour cela, en effet. 5 décembre 2020. Recrutement | Les personnes en haut ont tout, ceux du milieu ont suffisamment pour vivre et ceux du bas... Avec une atmosphère étoufante et dérangeante. A une époque inconnue, dans une société dont on ne saura rien, des hommes et des femmes se retrouvent enfermés en binômes dans une tour géante composée de centaines d'étages, à travers lesquels circule une plateforme... Une légère crise sanitaire et ça y'est... Lire ses 1 272 critiques, Suivre son activité François Cluzet, Julie Gayet, Elisa de Lambert, De Et comme attendu, le héros de Plateforme ne respire pas la joie de vivre : célibataire, un boulot routinier qui l'indiffère, il n'a pour seul loisir que le réchauffement de plats surgelés et la consommation de jeux télévisés. La métaphore est alors beaucoup plus visuelle et encore plus impressionnante face au gou… L'idée : Une suite de cellules/prisons en enfilade du haut vers le bas, dans chacune d'entre elles sont confinées deux personnes. Lire la critique de La Plateforme, La Plateforme, comme de nombreux films produits par Netflix, a en principe tout pour plaire : un scénario ambitieux et original et un visuel léché sur fond de critique sociale. l'histoire nous embarque dans cette critique de l'égoïsme du partage des richesses dans le monde. ... Mank : Hommage et critique d’un Hollywood d’antan. La plateforme, c'est une expérience sociologique pour montrer que l'homme est avant tout un animal,... PS2: On ne me fera jamais croire qu'il y a assez à manger à l'étage 0 pour 2x220+ personnes. la pannacota c'est le message puis ensuite la fille c'est le message ?! Premiers servis premiers nourrit. 39 abonnés Deux personnes par niveau. Je ne vais pas revenir ici dessus mais il s'apparente à la lutte des classes. Politique de cookies | Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, qualifie la plateforme électorale du chef du Nouveau parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, de « pro-Québec ». ca va changer quoi quand elle sera au niveau 0 hein ? Lire l'avis à propos de La Plateforme, L’apologue, qui consiste à passer par la fiction pour véhiculer un discours moral, trouve toujours sa force dans la capacité à construire une image. Les jeux des acteurs sont correctes et la technique également. Nous suivons donc le parcours de Goreng à différents étages et avec différents compagnons de "cellule", pendant une peu plus d'une heure, jusqu'à ce qu'il se décide à passer à l'acte dans un élan d'altruisme. Les scènes choc s'enchaînent sans jamais être gratuites et les acteurs espagnols inconnus... Mais le tous est vraiment intriguant, intéressant et plutôt bien interpréter. Données Personnelles | Ça m'a fait penser à la saga Cube que j avais adoré... 23 abonnés Derrière cette métaphore aussi violente et gore que minimaliste, se cache une petite pépite ibérique que Beckett ou Pinter aurait pu écrire.On parle ici d'inégalité, d'égoïsme, d'individualisme, de redistribution, et le réalisateur bouscule le spectateur sans ménagement, à la limite de l’écœurement. Lire ses 1 001 critiques, Suivre son activité Film concept et clairement inattendu, La Plateforme suscite la curiosité avec son synopsis accrocheur et son ambiance sombre. Un film dans la Ligné de the cube, il y a de l'idée à travers le scénario de la plate-forme qui est assez original ce qui nous fait oublié la linéarité du huis clos. Une plate-forme descend pour leur fournir pitance, puis s'enfonce dans les étages inférieurs. Les règles du film changent en fonction du personnage, ce n'est pas possible... et vu l'unique action que le personne principal a fait pour faire avancer le film, ce n'est pas vraiment pas normal que personne n'ait essayé. La Plateforme est un film réalisé par Galder Gaztelu-Urrutia avec Ivan Massagué, Zorion Eguileor. Ce qui explique donc énormément de choses et va répondre à plusieurs questions : 1- Imoguiri disait vrai sur Miharu, c'est bien une folle qui ne cherche pas son enfant mais qui assouvie simplement ses pulsions cannibales. Dune, Avatar 2, Eternals, Suivre son activité 4,5 étoiles, Avec 3- C'est donc bien la fameuse Pana Cota qui est remontée au niveau 0 au milieu d'une plateforme totalement vide de nourriture, mais hélas le message n'est pas passé, faute à un petit cheveux tombé dessus pendant sa descente et sur lequel le grand chef se focaliser maladivement. Le fait que tant de pistes soient laissés en branle est frustrant mais donne surtout un goût profond d’inachevé et d’un long-métrage qui navigue à vue. Olivier Baroux, avec De façon très évidente (peut-être trop), La Plateforme critique le système capitaliste et consumériste : les riches (c’est-à-dire ceux des étages supérieurs) s’en mettent plein la panse tandis que les pauvres (ceux des niveaux inférieurs) crèvent la faim en mastiquant les rares restes des privilégiés. Sinon ds l ensemble c'est bien fichu... Avec ce survival politisé et sanglant, Netflix reste dans l’air du temps et affirme ses envies de proposer un catalogue éclectique, naviguant entre les genres. 2.3/5, mais quelle déception !!! Le film instaure rapidement des règles du jeu précises et cohérentes qui permettent à l'intrigue de se développer efficacement. Pas l'ombre d'un livreur qui demande le digicode, et le Bo Bun est entamé, y'a apparemment un truc qui cloche avec les livraisons Uber Eats. Âmes sensibles s'abstenir... Sujet très intéressant dans la lignée de Cube, surtout la première partie. Fondée en 2015, la petite plateforme française Eurecab était initialement un comparateur de prix des services de VTC. Critique : La Plateforme Dom • 3 avril 2020 Critique Thriller high concept, La Plateforme nous plonge dans une « fosse » où la nourriture est distribuée verticalement, étage par étage, jusqu’à ne rien laisser pour les moins bien lotis. La nourriture comme moyen d’oppression. Et il y quelques séquences bien osées et gore dans une ambiance malsaine mais l’ossature générale est bien trop fragile pour qu’on soit conquis, même pour une production Netflix. Préférences cookies | Lire ses 3 critiques, Suivre son activité Distribution de matériaux de construction, plus de 20 000 produits en stock permanent exclusivement réservé aux professionnels du bâtiment. 5- Tout comme Trimagasi, il mérite l'enfer et donc le fameux niveau 333 (666) car il a lui aussi tué du monde au passage. Totalement assumé, cette "plateforme" remarquable n'est vraiment pas à mettre en toutes les mains. De plus, le côté science-fiction et métaphorique n’excuse pas les errements du scénario et les incongruités comme le déplacement mécanique inexpliqué de cette fameuse plate-forme dans la fosse. Et pour cause, en fan absolue du genre, j’ai déjà vu toutes les fictions existantes ! La critique. Dommage toutefois que la fin n'est pas à la hauteur du reste du film. Franchement oui pour les acteurs, mais la morale, en plus d'être évidente, elle nous est crachée à la gueule 2 fois par les dialogues des personnages, franchement on avait compris en fait. Quoi qu'on en dise, je trouve le message du film juste et utile. La fameuse fin qui divise tout le monde... elle fait beaucoup parler d'elle, à raison, car elle n'est pas assez explicite et laisse bien trop de questions en suspens et bien trop de libres interprétations. Le concept est très bien pensé mais il finit par arriver dans un cul-de-sac. Le souci : le film ne propose rien... : En revanche la fin est complètement bâclée je trouve... Elle tombe comme un cheveux sur la soupe si je puis dire... Elle n explique rien du tout au final malheureusement... Sur Netflix. pleins de questions restées sans réponses (attention spoiler) : Le chef-d’œuvre inoubliable et totalement renversant pour l’époque de Vincenzo Natali est devenu culte à raison avec le temps et semble indépassable (on parle juste de l’original pas de ses suites bien moins glorieuses). Ou de ceux qui sont impuissants quand ils sont en bas ? qui, comme dans le film, ne sera sûrement pas entendu ou compris. comment a t'elle survécu ?! Enfin un film original, et qui fait pensé à l'excellent Cube, sorti en 1999. Heureusement, il y a tout de même quelques bonnes idées (malheureusement la plupart inexploitées comme l’Administration), c’est plutôt assez court pour que l’ennui soit évité et l’interprétation est correcte. Incarcéré à sa demande, Goreng se réveille dans une tour prison qui compte une multitude de niveaux avec en son centre un trou descendant jusqu'au niveau le plus bas. Avec Ivan Massagué, Zorion Eguileor, Antonia San Juan. C'est aussi le même type de fin ! 21 abonnés Si vous le découvrez trop tard, vous laisserez La Plate-forme (El Hoyo) en... Lire la suite, Un film-concept dérangeant à souhait qui synthétise de façon imagée et concrète une pelletée d'idées politiques et philosophiques. Rédaction 4 décembre 2020 4 décembre 2020. On comprend d'ailleurs dès les premières minutes la critique sociale voulue par le réalisateur, critique qui nous sera d'ailleurs répétée tout au long du film (l'homme est un loup pour l'homme). Bref, les acteurs sont bons, la réalisation est simple mais efficace mais souffre un peu de détails qui ne servent pas le propos, ou pas assez. Plusieurs personnes sont enfermés ds une fosse à plusieurs niveaux dans laquelle une plateforme remplie de nourriture descend chaque jour... Plus la plateforme descend et moins il y a de nourriture... Les premiers servis ds les niveaux supérieurs sont les plus chanceux... Les derniers ds les niveaux inférieurs se bouffent entre eux... La satire c'est bien, mais la satire c'est fin. Et lire des passages d'un bon livre ne font pas d'un film médiocre un film intelligent. Oui la métaphore sociale est là, identique à celle de « Snowpiercer », où l’on perçoit une vision de notre monde avec les riches du haut qui se partagent la plus grosse part du gâteau face aux pauvres mais elle est amenée avec de tels sabots qu’on ne peut dire qu’elle soit révolutionnaire, innovante et encore moins fine. Dirigé par l’Espagnol Galder Gaztelu-Urrutia et disponible sur Netflix, « La Plateforme » est un long-métrage qui divise. Très bon film. Accueil; Culture; Féerie orientale sur la plateforme Lacinetek. Là où l'oeuvre du coréen reposait sur une représentation horizontale des conflits sociaux à travers les wagons que remontait un à un le personnage de Chris Evans,l'inhumanité du capitalisme est ici verticaleavec cet empilement d'étage qui ne semble plus en finir. Lire la critique de La Plateforme. L'enfant, est t'elle toujours à cet étage et si oui, comment est elle arrivée là? Et dans le lot des dernières petites nouveautés qui font parler, il y a La Plateforme, film d’horreur espagnol qui créé le buzz sur… la plateforme. Bordel. Un conte métaphorique sur notre société. Comme un aveu d’impuissance et de vide de la part de l’équipe derrière cette production. 55 abonnés Une plate-forme avec de la nourriture pour tous. 157 abonnés Après la mort de son père, auquel il ne parlait plus beaucoup, et la réception de l'héritage, il … 8 abonnés Lire ses 8 critiques, Suivre son activité Avec Ivan Massagué, Zorion Eguileor, Antonia San Juan. On fait partie de la seconde catégorie et les possibles multiples niveaux d’interprétation sont bien trop nombreux et vagues pour convaincre. Critique Ciné Critique Ciné : La Plateforme (2020, Netflix) 22 Mars 2020 By delromainzika La Plateforme // De Galder Gaztelu-Urrutia. Critique Ciné : La Plateforme (2020, Netflix) Publié le 22 mars 2020 par Delromainzika @cabreakingnews. Pourquoi nous montrer les cuisines et cuisiniers d'en haut pour rien expliquer ensuite? Le début est très prenant... En effet, à l'image de l'oeuvre Bong Joon-ho, La Plateforme propose une critique farouche du capitalisme et de la société consumériste en général. Quelques scènes assez gores peuvent êtres dérangeantes pour les moins aguerris... Lire l'avis à propos de La Plateforme, Arnaud Tsamère se réveille dans une prison avec Charles Aznavour qui parle espagnol. Film très décevant. Un nombre inconnu de niveaux. La plateforme. 4- Goreng est un Don Quichotte des temps modernes (forte ressemblance physique d'ailleurs), il a voulu aider son prochain mais a échoué tout comme lui. Critique - Film. Ex. Après c’est le genre de film qui divisera clairement entre les adeptes y voyant des choses que d’autres ne distingueront pas contre ceux qui n’entreront pas dans l’absence de logique de « La Plateforme ». La Critique de La Plateforme : Difficile de ne pas penser à Cube, le film culte de Vincenzo Natali, devant le premier essai du réalisateur espagnol Galder Gaztelu-Urrutia.Même ambiance, même prison étrange. Les acteurs sont très bons. on choisit de retenir l'interprétation du cheveu dans la panacota, plus terrible et intéressante (détails ici: http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18688564.html ). dommage. Et arrive donc rapidement cette fameuse fin dont je vais vous livrer mon interprétation, et qui serait d'ailleurs la véritable interprétation car le réalisateur a lui-même un peu vendu la mèche : Excellent mixe entre The cube et Snowpiercer qui abordait déjà le thème des classes sociales ou les wagons on ici été remplacé par des étages. 2- La petite fille n'existe donc pas, sauf dans le cerveau de Goreng, ce qui explique son état étonnement impeccable (cheveux, visage et vêtements). 31 abonnés Concours : … La Plateforme // De Galder Gaztelu-Urrutia. Loin d’être un simple pamphlet anticapitaliste, La Plateforme concentre plutôt sa critique sur la nature humaine. Il y a quand même qu'une seule chose pour qu'un film soit au moins médiocre : de la cohérence ! Ce film traite aussi sur la religion et sur les problèmes de l'échelle social. pourquoi y a une mineur au niveau 333 et sa mère ne l'a jamais trouvé ? Il n'y a pas d'étage 333 car il représente tout simplement l'enfer (333 x 2 personnes = 666), la mort, le parcours final de Goreng qui rejoint ainsi Trimagasi. Le recours à l’allégorie, la personnification ou la métaphore lui permet ainsi de concrétiser des concepts, en parlant au plus grand nombre (les fables pour les enfants, par exemple) et en alliant à la puissance des idées la persuasion de... Voici un pour et un contre. Il y a aussi un peu de « Snowpiercer » dans cette œuvre mais il est clair que cet essai espagnol n’arrive même pas à la cheville de ses illustres modèles et semble beaucoup moins abouti.