Mais la date du décès est calculée en fonction du calendrier local, ici celui du règne du roi Egica, et non en fonction du calendrier juif comme au bas Moyen Âge (fig. Mais selon certains témoignages, le même homme est identifié par son nom hébreu ainsi que par son nom ou surnom en langue vernaculaire, résultant parfois d’une traduction du nom hébreu. Le terrain se situait alors dans le jardin de Louis de Beaumont de la Forêt (Arch. Uploaded by La première, récurrente, surgit à la lecture d’une pierre endommagée. Se pourrait-il que ce prénom soit plutôt parisien ou plus fréquent que dans les trente-neuf localités où des épitaphes ont été retrouvées ? Michaelson Karl, 1958, Le livre de la taille de Paris l’an 1296, Göteborg, Elander (Romanica Gotheburgensia, 7). En effet, le père, Paragorius – nom utilisé par les juifs mais aussi par les non-juifs contemporains –, lui-même fils de Sapaudus – nom qui n’a pas d’autre occurrence chez les juifs –, dresse cette stèle à la mémoire de son fils Justus – nom usité chez les juifs. ], Bonnefi[lle] ou bonafi[lle] [fille ?] 63Les noms qui apparaissent dans les listes administratives se retrouvent parfois sur les épitaphes. Quand les pierres sont perdues (elles sont alors signalées par un astérisque dans la colonne de gauche), je me suis fiée au relevé de Gérard Nahon. En effet, de nombreux juifs expulsés des villages de France entre 1270 et 129120 puis d’Angleterre en 1290 sont bien venus s’installer à Paris, comme l’attestent certains noms couchés sur les registres de la taille comme ceux de Jorin l’Englois ou de Moussé de Dreues. 45Les noms masculins sont tous bibliques à l’exception de Parigorf, seul nom à consonance non hébraïque sur une inscription funéraire masculine. Les noms masculins à consonance vernaculaire – une très grande majorité dans ces documents – ne figurent jamais sur les inscriptions funéraires. Elles attestent aussi la présence des juifs dans le cœur de Paris entre les xiie et xive siècles. Mais il est possible qu’il ait été remis en fonction au retour de 1315. », © Lisa Debande, musées de Narbonne, ville de Narbonne. 30Cinq noms bibliques, tous masculins, figurent dans cette liste : deux Judas, deux Jacob et un seul Abraham. Ainsi les formations sur Belle sont-elles très populaires dans la langue vernaculaire, mais aussi en hébreu. —, 1993, Supplément à « Les noms des Juifs de France au Moyen Âge », Herzlya, s. n. —, 1995, « Les noms des femmes juives en Angleterre au Moyen Âge », Revue des études juives, t. CLIV/3-4, p. 295-325. nat., JJ 9A fol. », © RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale). Adamcki. Boudet Jean-Patrice (éd. Le registre de la taille associe pour les mêmes raisons nom et sobriquet ou qualificatif, distinguant ainsi deux personnes portant le même nom, taxées dans la même rue. Elles témoignent d’un fort attachement à l’onomastique hébraïque biblique, en tout cas pour les hommes, et aux coutumes juives, en particulier au calendrier hébreu, seul mentionné pour la date de décès, contrairement à ce qui apparaît dans les épitaphes de l’Antiquité (fig. Son principal objectif est de retrouver le nom de chaque victime de la Shoah et de reconstituer son histoire. En leur absence, seul le nom peut donner cette indication. Actes du 100e congrès national des sociétés savantes, Paris, 1975, Paris, Bibliothèque nationale, t. II, p. 157-168. 46Les épitaphes étant souvent endommagées, il se pourrait qu'un plus grand nombre de noms masculins ait été précédé du mot Rav ou rabbi, bien qu’aucun ḥakham (“érudit”) n’ait été repéré dans les épitaphes parisiennes, si l’on excepte en 1267 « notre maître le vénérable rabbin Mardochée Aaron » (’מורינו הישיש הר). —, 1980, « L’épigraphie », in : Blumenkranz Bernhard (dir. Cazelles Raymond, 1966, « La population de Paris avant la Peste noire », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. L’onomastique permet-elle de déterminer les lieux d’origine des juifs parisiens ? Paris, Fig. (NAHON 1986, p. 100-102), L’intègre rabbin Moïse Ha-lévi [… ] Haïm Lévi, Péricope Wa-yets[e] (Gen. 28,10-32,3) / 1244-1254 ? Ont été ajoutés à l’inventaire de Gérard Nahon après leur découverte : un fragment de pierre fort lourd comportant des mots hébreux, découvert à Chartres en janvier 2006, une inscription trouvée très récemment au parc Monceau à Paris, et une autre à Bourges13. Seror Simon, 1989, Les noms des Juifs de France au Moyen Âge, Paris, CNRS. Adler Marcus Nathan, 1907, The Itinerary of Benjamin of Tudela: Critical Text, Translation and Commentary, New York, Feldheim. 38Certains noms restent difficiles à identifier avec certitude comme sur la stèle de 1270-1271 au nom de dame ’Y [w ?]. Bejm. On peut aussi se demander si Pricieon ne serait pas un dérivé de Priscus relevé sur une épitaphe juive remontant à Chilpéric. nat., KK 283 fol. Toutefois, on ne peut totalement exclure la possibilité que cela ait pu être un shin (ש, s ou sh) brisé, ce qui rendrait envisageable la lecture des deux noms. We do not sell or trade your information with anyone. … —, 1999, « Les Juifs de Paris à la veille de l’expulsion de 1306 », in : Kerhervé Jean et Rigaudière Albert (éd. 3) nous sont parvenues. Dans l’Antiquité, il pouvait arriver qu’un à trois mots fussent insérés en langue et en caractères hébreux à la fin de l’épitaphe dont le corps était en latin ou en grec, en fonction de l’usage local (fig. 15Les juifs quittent la France entre 1182 et 1198 à la suite de l’expulsion ordonnée par Philippe Auguste. Sur 79 noms masculins, les plus fréquents sont, dans l’ordre, Isaac (37), Joseph (30) et Jacob (27), suivis par Salomon et Samuel (19) avant Judah, Abraham et Haïm (17). Cf. , 2004, « “Tam in Gallica quam in Occitana …”. Biernaciak. on March 17, 2013, There are no reviews yet. Your privacy is important to us. Adamsky. 3) au milieu du xive siècle (1364, fig. Jean Guérout suppose qu’elle aurait été établie dans le cadre d’une transaction entre le roi et la municipalité, qui souhaitait obtenir le rachat d’une maltôte levée ces années-là49. Une liste de 3500 noms utilisés par les Juifs, ou affectés à des Juifs par le Saint-Office (la Santo Oficio) d'Espagne. ), Finances, pouvoirs et mémoire. fol. 1v. Ceci est la stèle de 2. la tombe de dame 3. », Fig. J’ai terminé ce Pentateuque (, Texte hébreuזאת מ[צב]תקבורת מרתפלוריאה בת הרר בנימן שנפטרהלגן עדן יום בפרשת ברכהשנֿ[ת] א [...]עט[?] ), 1852, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi, Caen, Hardel. 1Cette étude consacrée aux noms des juifs de Paris s’appuie sur, et complète, l’ouvrage de Gérard Nahon intitulé Inscriptions hébraïques et juives de France médiévale, publié à Paris en 1986. Peut-être faudrait-il comparer leurs noms avec ceux portés par les chrétiens du nord de la France à partir de la documentation administrative contemporaine, privée ou publique. Il apparaît que, dans cette société, grande était la valeur de l’érudition en matière biblique ou rabbinique. 52 Delisle 1852, p. 32, n° 207 (registre de Philippe Auguste, Arch. Liste des noms des hommes juifs comprendra que l'hébreu (ou yiddish), bien que depuis 1917 tous les permis en Russie. 24 Il s’agit sans doute, selon Jean-Patrice Boudet, d’une erreur de Simon de Pharès, qui confond ce personnage avec un médecin dont le nom était sans doute proche de celui d’Ibn Zuhr (Avenzoar), né et mort à Séville (v. 1091/1094 - v. 1161/1162). mais que, dans leur acte de divorce, n’ont été inscrits que leurs noms hébreux « et l’on omit les noms accessoires48 ». 3. Adamiak. Il faut remarquer aussi l’usage du surnom, parfois difficile à mettre en contexte comme Jacob et Moussé Sahor54. 57Certains noms sont partagés par les deux groupes comme Chiere, Joie, Rose, Lyon, Benoît, Bernard ou Moreau. 2). Stèle de […] notre maître […] [Ye]hiel, avant 1306 (Paris, MAHJ, D.2015.04.012.CL). La dernière colonne du tableau signale l’existence (O), ou non (N), d’occurrences, chez les chrétiens, des noms portés par les juifs de la liste. 1994, notice 66, p. 168-171 ; notice 156, p. 346-345. Petite philosophie des patronymes juifs IEDQJ - Leurs noms Addeddate 2013-03-17 15:20:20 Identifier noms_juifs Identifier-ark ark:/13960/t8qc1gq1c Ocr ABBYY FineReader 8.0 Ppi 300 Scanner Internet Archive HTML5 Uploader 1.2. plus-circle … Le nom Joseph est surmonté d’une couronne. Adamowicz. 5). Péricope wa-Yaqhel [Ex. La date de l’expulsion des juifs de Paris permet de les inscrire dans une échelle de temps relativement restreinte, courant des premières décennies du xiie siècle (fig. En effet, en cette période où l’art du livre prévalait, l’écriture et sa mise en forme servaient d’ornement en soi. Celles de “maître” et “rabbin” figurent vingt-trois fois, celle de “compagnon [d’étude]” treize fois. Carte de l’habitat juif parisien, xii, « Ceci est la stèle deRabbi Jacob, fils du rabbinHaïm qui s’en futde la péricope, « Je suis Abraham bar Jacob, que son âme repose en paix. nusonowicz nusson nysson oelbaum ofenbach. La première syllabe est clairement Iy. Seule la mention d’un nom à consonance hébraïque ou correspondant à la traduction d’un nom hébreu peut éventuellement indiquer l’appartenance religieuse. 56Quant à l’habitat des convertis, les trois noms mentionnés montrent qu’ils demeurent sur la rive gauche quand les juifs sont déjà passés sur la rive droite. Emanuel Simha, 2008, « ר' יחיאל מפריס: תולדותיו וזיקתו לארץ-ישראל », שלם / Shalem, n° 8, p. 86-99. 37Les noms des juifs apparaissant dans les épitaphes parisiennes ont été répertoriés et classés par genre et par date. Quant au mot Patrone (43פטרונא), qui précède le nom de Yehudah, il s’agit d’un mot d’origine latine qui a été adopté dans la littérature rabbinique mais reste unique dans les relevés épigraphiques. L’acception du mot ḥaver dans l’expression hébraïque talmid hakham, “érudit du judaïsme”, pouvait-elle avoir une autre signification dans le cas d’une femme42 ? 11, 26-16,17) / 1267, An 36 (5036), 3e jour, péricope […] / 1275-1276, An 5038 du comput, jour 3, [péricope] ‘Emor (Lév. Mais se seraient-ils installés aussi autre part ? Art Animation Comedy Cool Commercials Cooking Entertainment How To Music & Dance News & Events People & Stories Pets & Animals Science & Tech Sports Travel & Outdoors Video Games Wheels & Wings Other 18+ Only Fashion (Paris, MAHJ, D.98.05.008.CL). 50Sur trente-trois prénoms féminins, neuf sont à consonance locale mais peu usités par les contemporains non-juifs, si l’on se réfère aux rôles de la taille. La mention “saint” (qadosh) est inscrite à dix reprises41. okno okon okrutny olbaum olczak. Carte de l’habitat juif parisien, xiie-xive siècle. Dédicace pour un pavage offert par Bennid, Auch, ive-ve siècle (Saint-Germain-en-Laye, musée des Antiquités nationales), « Au nom de Dieu, le saint pavage qui est ici, Bennid – Dieu soit avec lui, que des yeux envieux crèvent – l’a offert en don, Jona l’a confectionné. nat., J 151 A n° 22. Roblin Michel, 1952, « Les cimetières juifs de Paris au Moyen Âge », Mémoires de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de l’Île-de-France, p. 7-19. Faisant référence à des éléments du mobilier du Temple de Jérusalem qui sont aussi des symboles d’attente eschatologique – chandelier à sept branches (menorah), branche de palme (lulav), cédrat (etrog), corne de bélier (shofar) –, ils figurent fréquemment sur les pierres tombales juives antiques (Frey 1936, fol. Moïse Schwab, Paris, Maisonneuve et Larose, 1977, rééd. Des coreligionnaires venus d’autres régions vinrent grossir leurs rangs, notamment en 1290, quand eux-mêmes furent expulsés d’Angleterre. 8La citation biblique ainsi que le décor composé des sacra – chandelier, corne de bélier et branche de palme – attestent la religion du défunt. Certains noms hébraïques comportent de légères variations, et d’autres noms propres moins fréquents n’apparaissent pas du tout dans cette liste. Un autre fonctionnait dans le même temps dans un quadrilatère délimité par les rues de la Harpe, des Deux-Portes (actuels boulevards Saint-Michel et Saint-Germain), Pierre-Sarrazin et Hautefeuille depuis au moins le début du xiie siècle. Alors, on trouve des noms de métier ou autres noms très ressemblant aux noms de non-juifs. 7 Talmud de Babylone, traité Sanhédrin 98b ; Talmud de Jérusalem, traité Berakhot 2,4. Juda Sire Léon (1166-1224), le lointain descendant de Rachi, était aussi connu comme Judah ben Isaac Sire Leon (1166-1224)33. ; Vauro Cortipel, de Briona ; Mopres de Eulleboef et Cressens de Bernalo32. Recent Activity. Toutefois, les noms hébreux bibliques restent aussi fréquents dans l’onomastique juive antique que médiévale. A Political and Social History. 124bis) puis déposée en 1998 au MAHJ, stèle 12 dans l’espace muséal (Nahon 1986, p. 90-91). 25il est inscrit dans cette épitaphe sans la finale ה. C’est פלוריא, Floria, qui est gravé ici, peut-être dans une forme remise au goût du jour. Simon, 1966, « France and Germany under the Carolingians », The Dark Ages: Jews in Christian Europe 711-1096, Portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, La permutation de langue de l’Antiquité au Moyen Âge, Les noms des juifs dans les documents administratifs, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-1.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-2.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-3.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-4.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-5.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-6.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-7.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-8.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-9.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-10.jpg, Par auteurs, Par mots clés, Par géographique, http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr, Fig. Texte hébreuזאת מ[צב]תקבורת מרתפלוריאה בת הרר בנימן שנפטרהלגן עדן יום בפרשת ברכהשנֿ[ת] א [...]עט[?] Les autres noms ne se trouvent qu’une seule fois : Abdias, Amram, Azaria, Cresbia, Daniel, Ephraïm, Efron, Emmanuel, Elhanan et Hanan, Haviv, Gabriel, Gedalyah, Jonathan, Joram, Kalonyme, Nappaha, Néhémie, Perez, Pinḥas, Raphaël, Ruben, Sabbatai, Salavin, Saron, Senior, Shalom, Shoshan, Siméon, Tobias, Uresrago (? Guérout Jean, 1958, Registres du Trésor des chartes, t. I : Règne de Philippe le Bel, Paris, Imprimerie nationale. 1994, p. 168-171). Quant à Reine (Reinne), il est décliné aussi sous la forme de Royne mais devient probablement Malkah dans les épitaphes puisque le mot signifie “reine” en hébreu. Baranowski. (Nahon 1986, p. 116), Rabbin Samuel, (fils du ?) La plupart d’entre elles proviennent d’un seul des trois cimetières juifs de la rive gauche, découvert sous l’actuelle librairie Hachette, sise boulevard Saint-Michel. Balcerzak. 32 M. Nahon m’a signalé que la provenance normande est plus marquée chez les juifs que chez les chrétiens à Paris. ), Le brûlement du Talmud à Paris 1242-1244, Paris, Cerf, p. 121-139. Ces épitaphes permettent aussi d’aborder la question de l’onomastique juive médiévale, qui diffère sensiblement de celle de l’Antiquité. Sed-Rajna Gabrielle et Fellous Sonia, 1994, Les manuscrits hébreux enluminés des Bibliothèques de France, Louvain/Paris, Peeters. ), Art et archéologie des juifs en France médiévale, Toulouse, Privat, p. 95-132. Abramovici. 58 Catane 1978, p. 158-159 ; Gross 1969, p. 512. Fig. Méir et Abraham figurent trois fois, Aaron, Eléazar, Mardochée, Moïse et Pinhas, à deux reprises, les autres prénoms une seule fois. nowikowski nowimiast nowomast nowomiast nusenowicz. Stèle funéraire de Justus, Matrona et Dulciorella, 688-689 (Musée d’art et d’histoire de Narbonne, n° 196-4171), « Ici reposent en paix les bienheureux trois enfants du seigneur Paragorius, fils de feu Sapaudus ; c’est-à-dire Justus, Matrona et Dulciorella, qui vécurent : Justus 30 ans, Matrona 20 ans, Dulciorella 9 ans. Cf. Gross Henri, 1969, Gallia Judaica. 16069 [cartulaire de la Sorbonne] ; Grabois 1970, Achète 4 arpents de terre et de vignes à Vanves (BnF, ms. lat. Il en va de même pour Judah, dont plus de la moitié des occurrences sont parisiennes, ce qui peut surprendre, étant donné la connotation négative qui lui est accordée dans la tradition chrétienne. Les noms des Juifs reconnus comme Sefarades par l'Espagne . Abramoff. 45v) et signe Yosef ha-melekh “Joseph le Roi” (fol. 5), et entrecoupée par les expulsions de 1182 et de 130623. Les noms des Juifs du Maroc: Essai d'onomastique judéo-marocaine ([Publicaciones] - Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto B. Arias Montano : ser. 66À Paris, les noms « vernaculaires » portés par les juifs médiévaux, comme Cressens et ses variantes, Merot, Moreau, etc., ne sont, pour la plupart, pas partagés par les chrétiens. 4), ou, au xve siècle, de l’enlumineur rhénan Joël ben Shimon, qui signait aussi Feibush Ashkenazi, “Phébus l’Ashkénaze”. Comme exemples, on peut trouver en Alsace un très grand nombre de BLUM non Juifs, en Allemagne un très grand nombre de GUTMANN tous chrétiens, en France des MARCUS lorrains qui n'ont jamais été juifs. Abramovic. voila une liste des noms juifs avec leurs sens j en rajoute laaziz= celle qui cheri ou aimer en arabe lhoura= la libre en arabe ce sont deux veille femme de 90ans que j ai connais personelmment a khenfra!!! Abihsira. Faites-vous soigner, vous en avez besoin!En tout cas, ça fait plaisir de voir autant de réussite ds une communauté aussi minoritaire. Il en est ainsi du scribe Joseph, surnommé le Roi hors de Paris (fig. Abitboul. Seule la première lettre est lisible et la seconde probable. Ḥavah se transforme en Eve, Jorin (l’Englois) en Enjorrent (Georges), Maronne en Maron, Mique en Amiquet et Paris en Pariset ou Parisette. Joseph portait donc un nom hébreu et un surnom qui le distinguait sans doute dans sa profession. Certains noms hébraïques comportent de légères variations, et d’autres noms propres moins fréquents n’apparaissent pas du tout dans cette liste. L’interprétation de la ligne 8 rend la problématique plus complexe encore. ), The Dark Ages: Jews in Christian Europe 711-1096, Tel Aviv, p. 122-142. A Political and Social History, Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press. Shelomoh (Salomon), fils du compagnon [d’études ?] Six prénoms sont empruntés à la Bible : Jocabed, Sarah, Sarre, Léa, Hanna, Esther. Ambroziak. 6. 30, 11-34), an 5051 / 10 février 1291, fille de notre maître le rabbi Yehudah veuve de notre maître le Saint rabbi Yacaqov, מרת פלוריא בת מו[רינו] ה[...] יהודה אלמנת מורי[...] הקדוש הרב ר' יעקב, Dame Floria, fille de notre maître le rabbi Judah veuve de notre maître le saint rabbin Jacob, Jour 5 de la péricope Behaalotekha (Nb. Simon de Pharès confirme avoir vu dans ce cimetière – devenu alors le jardin privatif de la demeure de Louis de Beaumont de la Forêt, archevêque de Paris (1446-1492) – la tombe de celui qu’il appelle « Tsour », médecin de son état. Ces dernières, rédigées principalement en latin ou en grec, contiennent aussi des mots hébreux, tels shalom, שלום, “Paix”, à Auch, et shalom ‘al [y]srael. L’épigraphie montre que la gravure qui imite l’écriture manuscrite marque moins les pleins et les déliés que dans les inscriptions du xiiie siècle, où le style gothique de l’écriture franco-rhénane est caractérisé par une gravure plus contrastée dans le tracé des caractères (fig. 155v), dessinant même une couronne au-dessus de son nom pour confirmer le sens de son surnom19 : חזק יוסף המכונה מלך חוץ ייפריש / (מפריש ? ), 1997, Recueil des plus célèbres astrologues, Paris, Champion. 18La précision « hors de Paris » pourrait indiquer que « Joseph le Roi » travaillait à l’extérieur de Paris ou bien qu’il venait d’ailleurs. Trois inscriptions synagogales proviennent de Béziers, Narbonne et Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans le Tricastin (Nahon 1986, p. 332, 336-342, 348-350). Copin le médecin tient son nom d’un hypocoristique de Jacob. Bravo! Toutes les autres inscriptions qui posaient les mêmes problèmes ont été exclues en faveur de celles dans lesquelles les noms étaient parfaitement identifiables. L’existence d’une juiverie est attestée rive gauche, dans le bas de la rue de la Harpe. Judas filius, de Longavilla, et Judas, gener, Bonnevie de Paris (BnF, ms. lat. Le nom Sarre (Sarre la Bocacharde) est attesté sur les tombes sous la forme de Sarah. 5L’onomastique antique juive révélée par l’épigraphie atteste la latinisation et l’hellénisation des noms des hommes et des femmes, même quand leurs ascendants portaient des noms hébreux. Si Josse est fréquent chez les juifs comme chez les chrétiens, il est parfois attesté avec des variantes absentes chez les chrétiens (Josson, Jococ, Jocon) ; Haquin et ses variantes (Haguin, Hagin) sont des abréviations du prénom Isaac. Les toponymes juifs sont nombreux en France et témoignent de plus de 2000 ans d'histoire des Juifs en France.Beaucoup notamment rappellent la présence des Juifs avant leur expulsion du royaume au XIV e siècle.D'autres rappellent les communautés qui ont perduré en Alsace ou en Avignon et en Comtat-Venaissin jusqu'au début du XX e siècle. La comparaison des noms gravés avec ceux relevés dans les rôles de la taille qui ont survécu (1292, 1296) fera apparaître sous quels patronymes les juifs de Paris vivaient au quotidien. ינא (?) לפרטת36תנבה: Transcription1. Paix sur Israël [Ps. Schwab Moïse, 1904, « Rapport sur les instructions hébraïques de la France », in : Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires : choix de rapports et instructions, t. XII, Paris, Leroux, p. 142-402 (p. 237-241 pour Paris). —, 2000, « La communauté juive médiévale », in : Mantes médiévale : la collégiale au cœur de la ville, Paris, Somogy, p. 80-87. שלום על [י]שראל / obuerun[t] anno secundo d(o)m(in)i Egicani / regis. 25 Trois actes sont conservés : Arch. Pour trouver un Dictionnaire des noms de famille Juifs ici . rabbi Yehudah (Judah), en l’an 900 du comput [1139-1140 ?] Antkowiak. Le sens des noms de famille juifs collecté par Yehoshua Ra'hamim Dufour dans de nombreuses sources, en particulier, avec l'aide des oeuvres d'Avraham Laredo, de Heinrich Guggenheimer, et les corrections de Ida Akerman-Tieder (auteur de "Et tu raconteras à tes enfants) pour l'allemand, et de nos lecteurs.

Chanson Roxanne Parole, Les Limite De L'onu, Comparateur De Vol Australie, Province De Valence Espagne Carte, Prix Salle De Bain Ikea, Natacha Gainsbourg Pancrazzi Photo, Brogram Botola Maroc, Chansons Karaoké Gratuit, Maillot Stade Rennais 2021 Pas Cher, Habitant De Poissy Nom,